Juin 2015 – Sébastien Mussi

Nous sommes invités aujourd’hui par la SPQ à échanger autour de la pratique de l’enseignement collégial de la philosophie et à le faire dans l’ombre du rapport du chantier sur l’offre de formation collégiale, dit «rapport Demers».

Cette invitation est l’occasion de s’approprier philosophiquement le rapport Demers et d’investir (ainsi) philosophiquement notre pratique de l’enseignement de la philosophie – philosophiquement, c’est-à-dire d’abord non pas d’un point de vue justifié par l’économie et valorisé par la pédagogie par compétences et par son langage et ses normes. Une telle appropriation implique notamment, puisque notre pratique se déroule au sein d’une institution spécifique, le cégep, de penser cette institution et notre rapport à elle et pas seulement sa forme abstraite «le cégep» : que devient le cégep et qu’y devenons-nous, dans le contexte actuel? Il s’agit de s’interroger sur le sens de l’institution, y compris dans les changements de structures et leurs impacts.

Une telle réflexion doit mener à une résistance en réponse à ceux qui, actuellement, veulent «assouplir» ou «ouvrir», comme ils disent, la FGO dans les cégeps et à ceux qui seraient tentés au nom d’un certain pragmatisme de négocier d’emblée des compromis, espérant sans doute sauver «la philosophie», croyant aussi qu’en conservant le sigle PHI-340 intact, on conserve quelque chose de la philosophie comme pratique concrète. Ultimement, il faut amener ces gens-là à répondre, eux, de leurs actes sur notre propre terrain.

Téléchargez le texte complet